Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de rip-de-la-louiseraie.over-blog.com
  • Le blog de rip-de-la-louiseraie.over-blog.com
  • : J'ai eu envie de créer ce blog pour vous faire partager mes passions et mes textes. J'aime ce qui est insolite, et qui appelle à la réflexion. Merci de flaner au fil de mes pages.
  • Contact

Recherche

Archives

11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début


Dans une petite maison, en bois, construite à même le sable de la plage, Natsuko et Takumi s’apprêtaient à manger avec leurs parents, un repas spécial. 

 
Pour cette occasion, qui ne se fêtait qu’une fois l’an dans leur famille le repas serait composé de différents mets traditionnels. 

 
Pour ce moment tant attendu, dés le matin leur mère était partie très tôt au marché local, elle en avait ramener un gros morceau de viande. Pour la famille, l’odeur du plat qui se préparait était un appel au régal, une explosion intellectuelle des papilles survoltées par le souvenir enivrant de l’année passée. Chacun salivant d’avance de pouvoir manger cette viande délicieuse. 


Il leur tardait de s’asseoir à table pour ce fastueux menu qui était servi de générations en générations. C’était pour cette famille, une façon d’honorer et de remercier les ancêtres qui avaient tout au long de l’année bénis le travail du père.


Le fait de revenir jour après jour était la marque d’une protection spirituelle, tant d’hommes n’étaient jamais retourné à terre, happés par celle qui leur permettait de se nourrir quotidiennement. La mer donnait à profusion mais prélevait aussi son tribut de vies humaines. Quand elle était en colère, les bateaux des pêcheurs étaient bien fragiles face à sa puissance.


Le marchand qui avait vendu la viande à leur mère allait souvent sur la grande île pour ramener des produits qui ne se trouvaient pas localement. Pour la viande de Kujira, il avait un accord avec un revendeur qui lui-même avait un accord avec le laboratoire scientifique qui en pêchait pour les étudier. 

 


Cliquez ici pour lire la suite ... 

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 23:07

Ce soir la nouvelle est tombée sur Facebook, elle se propage au rythme de notre douleur.


Un valeureux combattant pour la cause planétaire vient d'être laché par sa hierarchie pour un problème administratif. Chacun se renvoyant la balle, du "je t'ai dit", "je n'ai pas dit", "il a dit".

L'Ady Gil a coulé il y a maintenant plus de deux mois, et il semblerait que Pete avait embarqué 1 arc et des flèches dans l'habitacle.

 

Il suffit de voir la vidéo de la destruction du bateau pour comprendre "le comique" de la situation. C'est comme avoir la volonté d'attaquer un bus avec des billes d'enfant. Cette excuse ne peut être valable tant la situation est tragique, il risque encore entre 2 ans et 15 ans de prison pour avoir osé, seul, demandé des comptes à son agresseur.

 

Pour vous en convaincre voici la vidéo.

 

 

 


 

 


 

 

Effectivement on peut se cacher derrière des textes internes, des textes externes. Tout est permis de dire et de penser.

Mais tourner le dos à un combattant valeureux est à mon sens la pire des lachetés. Mettre en parrallèle un texte et une vie, c'est mettre le doute sur les actions, les paroles et les volontés de l'association. Pour ma part entre un texte de loi et son sacrifice, mon choix est immédiat. 

On reconnait les guerriers de l'arc en ciel à leurs actes, Pete n'a plus à prouvé son courage, son action le classe d'office dans cette catégorie.

 

Aussi ma nouvelle étant écrite à l'époque ou Sea Shepherd représentait mes valeurs, je ne la modifierais pas. Mais dans mon coeur, ce soir mon attachement s'est brisé.

 

Une pensée pour son épouse, qui se soir doit se sentir bien seule aussi, dans sa propre cellule affective.

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
10 juin 2010 4 10 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début


 Maman prit le temps de m’expliquer et de me montrer sa technique pour faire de grands cercles de bulles d’air pour amener le krill au centre. 

 
J’étais bien trop jeune et elle le savait, mais elle savait aussi que rien n’aurait pu m’arrêter.

 

Elle me laissa essayer, et au bout de plusieurs tentatives je pu enfin prendre ma première bouchée, une énorme bouchée, la première que je m’étais faite toute seule comme une grande. Je sautais comme une folle dedans, ivre du plaisir de remplir mon ventre avant de partir. J’étais prête pour faire le grand voyage pour rejoindre des eaux chaudes.  

 
Le moment du départ fut donné par une vieille femelle de la famille, et tout le monde se mit à nager dans la même direction, nous étions appelé, c’était irrésistible, je sentais comme les plus vieux que je devais suivre, que ce serait un plaisir. 

 
J’allais nager, mes muscles deviendraient plus forts, plus puissant, plus rapides.

 

J’allais suivre maman pendant de longs jours, prenant bien soin de ne pas m’éloigner d’elle pour ne pas la perdre de vue dans cet océan que je savais immense. 

 
J’allais croiser des milliers de dangers, dans cet océan si beau, si riche, si merveilleux. 

 

J'allais nager, ivre de bonheur et de liberté

Cliquez ici pour lire la suite ...

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début


J’imaginais que mon papa était dans une autre eau, sur terre que je ne connaissais pas parce que j’étais trop jeune et maman aussi. Puis nous n’étions jamais parties sur les grands bateaux blancs.

 

Des dauphins étaient revenus de voyage, raccompagnés par des humains. Ils nous avaient racontés comment ils avaient vécus leur passage sur terre. Les humains venaient les regarder, et les obligeaient à sauter et danser dans une eau qui leur brûlait la peau et les yeux. Souvent ils avaient faim, mal, la mer leur manquait et ils avaient très souvent pensé au suicide. C’était presque impossible car le lieu était si petit, que mourir était souvent très douloureux.

 
Mais aucune des baleines qui avaient fait ce voyage n’était revenue pour raconter, on se disait entre nous que c’était peut être le paradis et que l’eau y était meilleure en tout cas ce ne pouvait pas être la même que celle des dauphins.


Au fond de nous, nous ne voulions pas y aller, cela nous faisait peur, mais souvent l’inconnu fait peur. Et le jour où le grand bateau blanc déciderait de nous faire faire le voyage, on se disait qu’on n’aurait plus peur de partir. Le gros bâton qu’ils mettraient à ce moment là dans notre tête servirait simplement à nous faire dormir. Le voyage doit être trop long pour une baleine éveillée.


Maman m’avait dit que papa avait eu mal, mais les requins ont mal aussi quand les humains leur plantent des choses jaunes dans l’aileron et ils n’en meurent pas.



Cliquez ici pour lire la suite ...
 

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début

 

Puis j’étais là, maman prenait soin de moi jour après jour, elle avait encore plein de choses à m’apprendre.


Il y avait de nombreuses autres raisons à son rejet amical des mâles, mais la plus puissante était que je l’épuisais avec toutes mes questions, je souhaitais tout savoir sur tout. Précoce à la naissance, précoce pour manger, précoce pour nager. Je ne voulais rien faire comme les autres baleines de mon âge, leurs jeux m’ennuyaient vite, je voulais être une grande.


Déjà je savais comment éviter les grosses roues des bateaux, qui tournaient très vite, maman m’avait dit que si elles nous touchaient on pouvait en mourir, et si j’étais blessée je pouvais me faire attaquer par les requins et les orques car j’étais encore toute petite.


J’avais déjà vu sur des amis de très grosses marques sur leur dos, et cela les faisait souffrir, même refermées les blessures restaient douloureuses, leur rappelant sans cesse leur manque de prudence ou de vigilance.


Elle m’avait expliqué aussi comment éviter les choses quadrillées qui flottaient dans l’eau, et qui attrapaient des bans entiers de poissons, j’en avais vu mourir d’épuisement à force de bouger et de se débattre pour se libérer. C’était comme les grosses méduses, ou dés que l’on bouge, leurs longs bras s’entourent encore plus autour de la proie.


 Elle m’avait appris aussi à éviter l’eau noire qui suivait des bateaux. Celle qui prenait les oiseaux et les emmenait au fond de l’océan. Je me disais que les humains avaient souvent de drôles d’idées et je ne comprenais pas pourquoi ils voulaient que les oiseaux vivent sous l’eau.


Un animal de l’eau ne pouvait pas vivre sur terre, comme un animal de l’air ne pouvait pas vivre sous l’eau.


Cliquez ici pour lire la suite ... 

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
7 juin 2010 1 07 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début

 

 

 


J’étais toute excitée par le voyage qui se préparait. En plus maman m’avait promis qu’avant de partir, elle m’apprendrait une astuce pour manger à ma faim, sans avoir à chercher de longues heures. Je l’avais déjà vu faire mais je ne parvenais pas à l’imiter. 


J’avais hâte d’être au matin, il fallait que je me repose car le voyage allait être long, très long. Et sans m’en rendre compte, doucement bercée et câlinée par la mer, j’avais passé ma nuit à dormir tout contre celle qui faisait mon bonheur.


Le soleil commençait à se lever et doucement je sortais de mon sommeil. Ma nuit avait été trop courte, j’avais envie de râler, de demander à dormir encore, mais je voulais savoir. 


Aussi nageant, sautant, dansant autour de maman, je lui demandais de m’apprendre. Il me tardait d’être une grande et tous ses apprentissages me faisaient devenir plus adulte de jour en jour.  


Cependant j’avais encore beaucoup de voyages à faire pour être aussi belle et grosse que maman. C’était une des plus belle baleine, beaucoup de mâles venaient lui tourner autour, ils tentaient de la courtiser, mais gentiment et fermement elle les repoussait car elle attendait toujours papa qui devrait revenir de son voyage sur terre. 


 

Cliquez ici pour lire la suite ...

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début 

 

 


Maman connaissait parfaitement le chemin du retour et elle allait me l’apprendre. Elle l’avait déjà fait plusieurs fois en compagnie de sa propre mère. Nous allions nager pendant plusieurs jours pour rejoindre des eaux plus chaudes, c’était là que j’aurais du voir le jour. Mais j’étais très contente d’être arrivée dans ce monde si tôt, j’avais appris avec maman tant de choses. Elle savait tout, c’était merveilleux pour moi de l’écouter chanter des heures pour répondre à mes questions. 


Les chants des baleines indiquaient que nous étions tous très heureux de faire ce voyage. Chacun se préparait pour nager longtemps, l’allégresse du départ s’entendait et se voyait. Nous étions tous prés pour aller dans une direction précise, mais chacun allait avancer selon son plaisir, soit en plongeant, en sautant, en sprintant ou simplement en prenant le temps de nager... 


Maman me disait que j’allais aimer ce voyage, que nous allions rencontrer plein d’amis et que chaque année j’en reverrais beaucoup. 


Mais je sentais au fond de moi qu’elle ne disait pas tout et je devinais ce qu’elle me cachait. Elle avait remarqué que chaque année on rencontrait moins de monde que l’année précédente, beaucoup partait en voyage sur les bateaux. 


Mais aucun ne revenait, la terre devait être un très bel endroit pour les animaux marins, sinon nos amis serait revenus rapidement. 



 

 

 Cliquez ici pour lire la suite ...

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
5 juin 2010 6 05 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début  


De temps en temps je voyais un gros bateau noir, il suivait de prés les bateaux blancs. Il se plaçait entre eux et mes congénères. Les humains qui étaient dessus ne voulaient pas nous voir partir en voyage. 


Cette montagne noire qui passait au dessus de nous, n’inspirait pas la peur, bien au contraire nous sentions toutes les deux que nous pouvions lui faire confiance. Maman nageait souvent prés d’eux, m’entraînant dans son sillage. Si maman le faisait, alors je pouvais le faire.


De temps en temps j’entendais des cris de joies humains venant de lui et souvent nos amis les dauphins l’accompagnaient un petit bout de chemin. Les cris étaient beaucoup plus forts quand l’un de nous soufflait et pour les remercier, nous nous amusions à sauter assez prés d’eux. 


Cela semblait leur donner beaucoup de plaisir, et ces ondes de joie émanant de ces hommes et femmes, nous donnaient la force d’en faire encore plus pour eux. 


Nous sommes très sensibles, nous les baleines, aux émotions et aux sentiments des humains. Nous ne savons pas pourquoi mais nous prenons un plaisir immense à les rendre heureux. Qu’est-ce que j’aurais aimé comme les anciens connaître leur langue pour discuter avec eux. Mais ils refusaient de leur parler, ils disaient que les humains ne les aimaient pas et que nous devions attendre qu’ils soient prêts à nous entendre.

 


Cliquez ici pour lire la suite ...

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 09:00

Cliquez ici pour lire le début

 

 

Chaque jour, je devenais plus grosse et plus belle, je passais mes journées à regarder maman filtrer l’eau dans ses fanons, elle mangeait des tonnes de krill. Ces festins étaient très importants, car elle se préparait pour rejoindre les eaux chaudes et devait en plus me nourrir. J’avais toujours faim et maman était toujours là pour me donner de nombreuses tétées quotidiennes qui me permettaient de grossir d’heures en heures. 


Elle me donnait sans compter, autant son temps que son lait, avec mes cent litres quotidien, elle devait manger très souvent. 


On aurait du rester plus longtemps car elle me trouvait trop petite pour faire le voyage. J’essayais de la rassurer, de lui faire comprendre que j’étais forte, solide, mais elle était angoissée. Il y avait tant de danger sur la route qu’elle avait peur ne pas pouvoir me protéger. Mais elle n’avait pas le choix, il était temps d’accomplir le grand voyage. Cette période passée à jouer entre les glaces flottantes en évitant avec l’aide des autres baleines les grands bateaux blancs allait bientôt finir. 


Je savais maintenant que des anciens comprenaient quelques mots des humains, c’était eux qui avaient dit à maman que ces drôles de choses sur l’eau étaient des bateaux. Les plus vieux d’entre nous avaient la sagesse, et nous la transmettaient par de longues heures de discussion. Nous savions que nous n’étions jamais seules, car même très loin de nous, nos compatriotes entendaient nos chants et nos cris. Et la transmission de l’expérience semblait suivre les courants marins, comme une musique enveloppant toute la faune aquatique. 

Nous sommes, nous les baleines, la mémoire de l’océan. 

 


Cliquez ici pour lire la suite ....

Repost 0
Published by Rip de la Louiseraie - dans Et si c'était demain
commenter cet article
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:59

Je vais tenter dans mes articles de vous faire apprécier les bizarreries de la nature, sans tenir compte du fait que ce soit un fake ou pas :)). N'y voyez pas non plus de théorie quelconque, juste le plaisir de voir combien la planète est prolixe en étrangeté, rumeur, invention et autres...

 

Mai 2010 , un animal étrange a été trouvé dans un lac canadien. Ce qui le rend étrange c'est la sensation que plusieurs animaux se retrouvent en lui. En effet il  a le nez écrasé,des dents étranges, le corps d'une loutre, la queue d'un rat. Plusieurs partie de son corps sont exemptes de poils (mains, pieds, crane).

Ce cadavre a été trouvé par un chien, qui l'a sorti de l'eau sous le regard surpris de ses maitres.

 Encore un cas d'étude pour les scientifiques, mais comme nous l'avons vu dans les précédents monstres ( Le monstre du Panama  et  Les monstres de montauk... ) nous resterons dans l'attente de nombreuses années.

 

 

 Monstre-canada-1.jpg

 

 

 monstre-canada-2.jpg

 

 


 

 

Copyright :

Image 1 : http://img.zigonet.com/canada/l-animal-a-le-nez-ecrase-et-d-etranges-dents_21893_w460.jpg 


Image 2 : http://img.zigonet.com/canada/son-corps-ressemble-a-celui-d-une-loutre-avec-une-queue-de-rat-et-une-absence-de-poils-au-niveau-de-la-tete-et-des-pattes_21894_w460.jpg 

Repost 0
Published by rip-de-la-louiseraie.over-blog.com - dans Insolite
commenter cet article